Dorothy Angote-Muya

Angote-Muya est une avocate spécialisée dans les politiques, la gouvernance, les réformes juridiques et foncières, acquise dans les secteurs public et privé. Sa carrière s’étend à la magistrature, à la gouvernance, au droit, à l’ordre, au secteur foncier, au secteur financier et a également pratiqué le droit.

Angote-Muya a été secrétaire permanente au ministère des Terres du Kenya, où elle a supervisé l’élaboration de la toute première politique foncière nationale, adoptée par le Parlement en tant que document parlementaire no 3 de 2009. La politique guidera le Kenya vers une utilisation efficace, durable et équitable des terres et informera le chapitre sur les terres dans la constitution actuelle du Kenya. Elle a également dirigé un vaste programme de réforme législative qui a examiné et consolidé toutes les lois foncières au Kenya, à partir de 1898, en quatre (4) lois majeures, simplifiant ainsi le paysage juridique des transactions foncières. Elle a joué un rôle clé dans le développement réussi du Cadre et des Directives sur les politiques foncières en Afrique.

En tant que Secrétaire permanente au Ministère de la justice et des affaires constitutionnelles, Mme Angote-Muya a facilité la toute première conférence nationale sur l’examen constitutionnel au Kenya et supervisé le processus d’examen de la Constitution du Kenya, mis en œuvre par la Commission de révision de la Constitution du Kenya, préparant ainsi le terrain pour la réalisation éventuelle d’une nouvelle constitution pour le Kenya. Elle a également mis en œuvre des réformes dans le secteur juridique et judiciaire par le biais du tout premier programme de réforme sectoriel – le programme de réforme du secteur de la gouvernance, de la justice, de la justice et de l’ordre avec plus de 109 000 fonctionnaires. Le programme a été soutenu par 17 partenaires au développement dont la Banque mondiale. Mme Angote-Muya a également dirigé la création de la Commission nationale des droits de l’homme du Kenya, de la Commission de lutte contre la corruption du Kenya (maintenant Commission anti-corruption et d’éthique) et de la Commission de la justice administrative (bureau de l’Ombudsman). Elle a également dirigé la mise en place d’un cadre juridique complet et efficace pour les droits de l’homme au Kenya, à travers l’élaboration d’une politique nationale et d’un plan d’action pour la promotion et la protection des droits de l’homme. Elle a assuré le leadership dans le développement du système national d’aide juridique (et de sensibilisation) et a dirigé le processus du Mécanisme d’évaluation par les pairs (MAEP) du Kenya dans le cadre du NEPAD.

La carrière d’Angote-Muya lui a permis de s’engager intensivement à des niveaux élevés de l’ONU, du Commonwealth, de l’Union africaine et de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Elle a beaucoup collaboré avec les partenaires au développement – notamment la Banque mondiale et le FMI, le DFID, l’USAID, le PNUD, la GIZ, l’ASDI, l’UE (DGSP) – dans le dialogue bilatéral et multilatéral sur la gouvernance et la mise en œuvre des programmes / réformes nationaux de développement. Elle est une négociatrice éprouvée et efficace aux niveaux national, régional et international. Elle a été vice-présidente de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) à Genève et a été élue à deux reprises par le Sommet des chefs d’État de l’Union africaine en tant que membre du Conseil consultatif de l’Union africaine sur la corruption. Elle a également été membre du Conseil sectoriel des affaires juridiques et judiciaires de l’Afrique de l’Est et membre du Conseil multisectoriel du Protocole du Marché commun de l’Afrique de l’Est. Elle est diplômée de l’Université de Nairobi, de l’École de droit du Kenya et d’un ancien élève de l’Université Harvard, de la Kennedy School of Government et du Centre de développement du droit international (OIDD) à Rome. Elle est actuellement chargée de cours à la Kenya School of Law.